Menu

Logistique urbaine

Carrefour choisit le biométhane pour la ville

Logistiques Magazine | Supply Chain | publié le : 02.11.2015 | Dernière Mise à jour : 24.06.2017

Image

Dans cinq grandes villes, les livraisons de nuit du groupe Carrefour seront progressivement effectuées par des véhicules certifiés Piek animés de moteurs fonctionnant au biogaz.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Luc Battais

Le groupe Carrefour va remplacer le gazole par du biométhane pour les camions livrant la nuit dans les grandes villes. Une partie du gaz sera produit à partir de biomasse provenant des magasins de l'enseigne.

Depuis une dizaine d’années, le groupe Carrefour a testé la plupart des configurations de véhicules permettant de diminuer l’empreinte environnementale de ses livraisons urbaines, notamment au travers du Club Demeter Environnement et Logistique.

Dans cinq grandes villes (Lille, Paris, Lyon, Bordeaux, Marseille), "les livraisons de nuit seront progressivement effectuées par des véhicules labellisés Piek animés de moteurs fonctionnant au biogaz", a annoncé Jean-Philippe Mazet, directeur Transport de Carrefour France, lors d’une démonstration de livraison silencieuse organisée le 2 novembre 2015 par le Club Demeter dans un Carrefour Market rue de Maubeuge à Paris. Une dizaine de véhicules de ce type circulent aujourd’hui, une cinquantaine seront en service début 2016 et d’ici trois ans, la totalité des 250 magasins urbains de l’enseigne devraient être livrés par 200 véhicules au biogaz.

 

Une cinquantaine de transporteurs impliqués

Jean-Philippe Mazet insiste sur le fait qu’il ne s’agit plus d’une expérimentation mais bien d’un déploiement opérationnel dans lequel il devrait embarquer une cinquantaine de transporteurs prestataires avec qui des contrats un peu plus longs seront conclus, de façon à tenir compte de la durée d’amortissement des nouveaux matériels.

Le directeur Transport de Carrefour France considère qu’avec un coût d’utilisation plus bas, malgré un coût du carburant plus élevé, le matériel sera amorti sur 5 ans dans les mêmes conditions qu’un véhicule Diesel. Sauf que... Carrefour contribuera à produire une partie de ce carburant en livrant les déchets organiques de ses magasins à des centrales de méthanisation d’un réseau qui tend aujourd’hui à s’étoffer en France.

Le bilan fourniture de biomasse / production de gaz ne sera pas totalement équilibré, mais Jean-Philippe Mazet explique qu’une expérimentation à Lille a permis de démontrer que 3 hypermarchés ont pu être livrés intégralement avec le gaz issu de leurs propres déchets.

 

La configuration des véhicules va encore évoluer

L’autonomie des véhicules (350 km à 400 km) est suffisante aujourd’hui pour supporter l’activité d’un véhicule de 19 t (PTAC) pendant une journée, affirme le directeur Transport de Carrefour France, précisant que les constructeurs estiment pouvoir arriver assez vite à des autonomie de 700 km à 800 km entre deux pleins.

Hors le choix du biogaz, la configuration des véhicules livrant les magasins de l’enseigne devrait encore évoluer. Le véhicule utilisé à Paris pour la démonstration livrait des produits frais. Il s'agissait d'un porteur des Transports Perrenot, dont le fourgon sous température dirigée était réfrigéré par un groupe à détente d’azote liquide, donc sans moteur thermique. Mais Jean-Philippe Mazet explique que ce choix n’est pas définitif. D’autres solutions techniques sont envisagées comme l’emploi d’un dispositif permettant d’utiliser le moteur du camion, plus silencieux, pour le groupe réfrigérant.

Bien entendu les autres éléments de l’empreinte environnementale ne peuvent être oubliés. Selon Jean-Philippe Mazet, un seul camion fonctionnant au biogaz permet d’économiser 100 t de CO² par an.


Une concurrence féroce pour l'accès au centre-ville


Le groupe Carrefour cherche à abaisser le niveau sonore de ses livraisons urbaines afin de pouvoir mieux négocier avec les municipalités l’implantation de nouveaux magasins en centre-ville. Il s’agit en effet d’un enjeu stratégique pour la plupart des enseignes, car le foncier disponible pour des surfaces commerciales au coeur des villes est de plus en plus rare et la compétition pour y accéder est féroce.


Carrefour vise aujourd'hui une qualification "Certibruit" de l’ensemble de sa chaîne de livraison urbaine (magasins et système de transport). Ce label, dispensé par le Cemafroid sur la base des standards PIEK, est désormais un viatique indispensable pour convaincre les villes d’accepter des livraisons la nuit (dans le créneau 22 h 00 – 7 h 00). Et, s’agissant du plan de transport de Carrefour, elle guide l’ensemble de la démarche environnementale concernant notamment la baisse de l’émission des gaz à effet de serre et de particules fines.

 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format