Menu

Poids lourds : Scania sort un moteur gaz de 410 ch destiné à la longue distance

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 10.11.2017 | Dernière Mise à jour : 10.11.2017

Basé sur le moteur Scania de 13 litres, l’OC13 a été repensé pour s’adapter aux spécificités de la combustion au gaz.

Crédit photo DR

Après son moteur gaz de 9 litres développant 340 chevaux plutôt destiné aux porteurs, Scania étoffe son portefeuille de motorisation GNV avec un moteur de 13 litres et 410 chevaux destiné au transport longue distance et à la construction.

Le marché du transport longue distance et de la construction reste encore faiblement concerné par le GNV : en France, il devrait s’écouler cette année au mieux 1 000 unités de camions GNV sur un total de 48 000. Mais ce créneau est destiné à une forte extension, compte tenu de l’opprobre touchant le diesel. Avec son OC13, Scania propose un moteur pouvant aussi bien fonctionner au GNC qu’au GNL.

S'adapter à la combustion au gaz

En configuration GNL, un tracteur + remorque classique peut parcourir près de 1 100 km sur le plat. Une solution GNC permet pour sa part une autonomie pouvant atteindre 500 km. Associé à la boîte de vitesses automatisée Opticruise, l’OC13 affiche un couple de 2 000 Nm. Basé sur le moteur Scania de 13 litres, l’OC13 a été repensé pour s’adapter aux spécificités de la combustion au gaz.

"Les moteurs gaz Scania s’appuient sur la combustion stœchiométrique, c'est-à-dire une combustion complète du carburant et de l'oxygène. La combustion est amorcée par des bougies d'allumage comme dans le cas des moteurs essence et le prémélange du carburant intervient en amont des cylindres", explique le constructeur, avec l'idée de garder les performances et les caractéristiques d'un moteur diesel moderne.

Des révisions plus espacées

Élément particulier sur le plan de la sécurité, les ingénieurs Scania ont placé les valves du réservoir vers l’arrière, à l'opposé du sens de déplacement. Ce détail apparemment anodin, mais bien réfléchi, réduit le risque d'endommagement de ces organes en cas d'impact extérieur.

Si un moteur gaz permet d’abaisser des émissions de CO2 d’environ 15 % par rapport au diesel, son cycle à quatre temps (avec prémélange du carburant et bougies d'allumage) nécessite en revanche des révisions plus fréquentes. Scania indique avoir pris des mesures destinées à allonger l'intervalle entre deux entretiens, en le faisant passer de 30 à 45 000 km.

L'éthanol ED95 = - 90 % de gaz à effet de serre

Cette nouvelle offre gaz viendra compléter le marché jusque-là occupé par le seul Iveco, en attendant que Volvo Trucks ne vienne à son tour proposer un moteur gaz de 13 litres au printemps 2018, faisant cette fois-ci appel à un mélange gaz plus diesel (NLF n° 202). Rappelons également que Scania est actuellement le seul constructeur à proposer un moteur éthanol, désormais homologué, dont le premier exemplaire – un Scania P 280 4x2 à température dirigée – sera officiellement remis aux Transports NJS Faramia lors du salon Solutrans.

L’éthanol ED95 est composé à 95 % d’alcool produit à partir de résidus (mélasse, marc de raisin…), avec une réduction de 90 % des gaz à effet de serre par rapport à son équivalent diesel.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format