Menu

Logistique urbaine

Paris va rendre obligatoires les espaces logistiques urbains

WK-transport-logistique.fr | Routier | publié le : 24.04.2015 | Dernière Mise à jour : 24.04.2015

Image

Un petit espace de groupage/dégroupage, dans Paris, exploité par Chronopost.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Benoît Barbedette

Par le biais de son plan local d'urbanisme, en cours de révision, la ville de Paris veut systématiser la création d'espaces logistiques urbains (ELU). Ils devront trouver leur place dans les projets d'urbanisme et d'aménagement.

Le prochain plan local d’urbanisme (PLU), voté en 2015 pour une application en 2016, prendra en compte les nécessités de la logistique urbaine. En entrant dans la catégorie des "constructions et installations nécessaires aux services publics ou d'intérêt collectif" (Cinaspic), les espaces de logistique urbains (ELU) vont avoir droit à des emprises foncières et devront être intégrés dans les projets d’urbanisme (notamment dans les permis de construire).

Pour rappel, les collectivités, en matière d'urbanisme et d'aménagement, ont la possibilité de répertorier les constructions entrant dans la catégorie des Cinaspic, selon l’article R. 123-9 du Code de l’urbanisme relatif au règlement des PLU.


Une "petite révolution"

"C’est une petite révolution. Cette décision de la municipalité va dans le sens de ce que demandent les professionnels et techniciens de la logistique urbaine", a souligné Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, en charge notamment de l’architecture et de l’urbanisme. 

L’élu parisien s'exprimait ainsi le 22 avril, dans le cadre du club du dernier kilomètre de livraison (CDKL), animé par Marc Teyssier d’Orfeuil.


Rationaliser les tournées dans Paris

Jean-Louis Missika a profité de cette rencontre avec les adhérents du CDKL (transporteurs, logisticiens, constructeurs de véhicules...) pour rappeler que la "logistique urbaine durable" faisait l’objet d’un appel à projets d’expérimentation de solutions innovantes. Lesquelles doivent, selon l’intitulé, participer à une amélioration de la logistique de la métropole parisienne.

"Avec l’idée qu’il sera nécessaire de rationaliser et de réduire les tournées dans Paris. Cette ville aura un autre visage dans dix ans et il nous faut l’imaginer dès maintenant".

 Au sujet des véhicules diesel, Jean-Louis Missika s’est montré péremptoire : "La maire de Paris a fixé une échéance en 2020. Ce n’est pas négociable car c’est une question de santé publique. La question n’est pas si nous devons sortir du diesel mais comment nous devons en sortir".

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format