Menu

Martinique : la révolte gronde chez les transporteurs routiers

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 15.02.2017 | Dernière Mise à jour : 14.08.2017

Dispositions inapplicables en matière de temps de conduite et de repos, prix de transport en chute libre et seuil de détaxe gazole trops élevé : les sujets de grogne se multiplient pour les transporteurs martiniquais.

Crédit photo © DR

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les transporteurs de la Martinique font monter la pression auprès des autorités locales depuis plusieurs jours. Ils protestent notamment contre l’application stricto sensu de la réglementation européenne sur les temps de conduite et de repos.

Les transporteurs de la Martinique se mobilisent. Une cinquantaine de véhicules ont bloqué la CTM (Collectivité territoriale de la Martinique) le mercredi 15 février. La cause de la fronde ? L’application stricto sensu de la réglementation européenne sur les temps de conduite et de repos.

Pas de dérogation possible

"Elle n’est pas viable dans cette région, car il n’y a pas de parkings le long des routes. Les conducteurs sont donc contraints de trouver des solutions impossibles sur les voies d’accélération, dans les stations-service ou chez les clients, d’où ils se font refouler", souligne Catherine Pons, la vice-présidente de l’UNOSTRA.

Bruxelles, dans le souci de trouver une solution, avait bien accordé une dérogation qui pouvait concerner les transporteurs antillais en excluant du champ de la réglementation les territoires de moins de 2 300 km2. "Sauf que l’État français, par un décret, a décidé de réduire cette superficie à 400 km2, ce qui fait qu’aucune dérogation n’est possible", indique Catherine Pons. Sous l’impulsion de l’UNOSTRA Martinique emmenée par Olivier Trompette, les transporteurs locaux demandent le retour aux 2 300 km2.

Revendications sur le seuil de détaxe gazole

Autres pommes de discorde : les prix de transport et la détaxe du gazole. Sur le premier point, la sous-traitance (en cascade) provoquerait un effondrement des prix et s’effectuerait au travers un système de passe-droits, dans le BTP principalement.

Au plan fiscal, les transporteurs antillais demandent à ce que le seuil de détaxe sur le prix du gazole soit porté au-delà des 8 000 litres achetés annuellement. "Leur consommation moyenne atteint 20 000 litres et ils n’arrivent pas à remonter leurs prix", précise Catherine Pons. 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format