Menu

Martin Brower teste les déchets organiques comme carburant pour McDonald's

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 23.11.2017 | Dernière Mise à jour : 27.11.2017

Martin Brower, prestataire logistique de McDonald's, expérimente un camion au biogaz dans l'agglomération lyonnaise.

Crédit photo © DR

Martin Brower, le prestataire logistique exclusif de McDonald’s en France, va expérimenter un porteur Stralis Iveco de 26 tonnes roulant au biogaz, produit à partir des déchets organiques de ses restaurants. Ce véhicule a vocation à effectuer des livraisons en milieu urbain, dans un premier temps dans l’agglomération lyonnaise.

Utiliser les déchets organiques comme carburant ? Mac Do répond banco. Martin Brower, le prestataire logistique exclusif de McDonald’s en France, va expérimenter un porteur Stralis Iveco de 26 tonnes roulant au biogaz, produit à partir des déchets organiques de ses restaurants.

Trois autres véhicules en 2018

Certifié PIEK (moins de 60 dB pour les livraisons nocturnes), ce camion, opéré par Fraikin, a vocation à effectuer des livraisons en milieu urbain, dans un premier temps dans l’agglomération lyonnaise avant de déployer trois véhicules supplémentaires en 2018.

"Grâce à ce nouveau camion innovant, une démarche d’économie circulaire pérenne va pouvoir être mise en place : un véhicule roulant au biogaz, qui collecte, en parallèle de ses livraisons, les déchets organiques issus des cuisines des restaurants, en vue de leur méthanisation, puis de leur transformation en biogaz", indique Martin Brower.

Un système de récupération silencieux

Concrètement, un système de récupération silencieux et étanche, installé sous la caisse du camion, aspire les déchets pendant les opérations de déchargement des produits destinés au restaurant.

Le réservoir du camion a la capacité de collecter les déchets de trois restaurants, ce qui correspond à une tournée de livraisons normales. Au retour de celle-ci, les déchets récupérés sont placés dans une citerne mobile installée sur une aire spécifique au sein du site logistique de Martin Brower à Chaponnay (au sud de Lyon).

Ceux-ci sont ensuite transférés vers un méthaniseur localisé en région Auvergne Rhône-Alpes, qui est connecté au réseau GrDF. Le biogaz ainsi obtenu devient disponible pour Martin Brower via une station-service équipée de pompe biogaz du département du Rhône.

Des procédés innovants

Cette démarche permet également d’optimiser le schéma logistique de Martin Brower, puisque les camions récupèrent des déchets pendant les livraisons (optimisation du temps d’immobilisation) et retournent sur leur plate-forme logistique avec des flux logistiques inversés additionnels (optimisation des déplacements). De plus, les restaurants disposent désormais d’un dispositif de collecte pérenne et entièrement géré par le prestataire logistique.

Outre ce procédé original, ce camion - présenté lors du salon Solutrans-, bénéficie de plusieurs procédés innovants. La boite de vitesse automatique (Allison) dispose d’une prise de force permettant de produire l’électricité nécessaire pour faire tourner le groupe froid silencieux (Carrier).

Le système de pompage des déchets organiques (ETA) fonctionne sans moteur et donc avec un bruit réduit, grâce à de l’air comprimé venant faire le vide. La caisse multiplexée connectée (Chéreau) permet de transmettre de nombreuses informations (comme le suivi des températures). Enfin, un hayon connecté (Dhollandia) renseigne sur les interventions de maintenance nécessaire.

Baisse des consommations de carburant

Cette revalorisation des déchets permet à Martin Brower de diminuer encore plus ses consommations de carburant classique, alors que 74 % du carburant consommé par sa flotte est déjà du biocarburant (du B30) constitué à partir d’huile de friture raffinée (McDonald’s recycle toutes ses huiles de friture depuis plus de dix ans).

L’utilisation de camion roulant au biométhane permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre de plus de 80 %, avec une division par deux des émissions sonores du moteur, une atténuation des vibrations et absence d’odeurs.

En parallèle, la partie résiduelle solide de la production de biogaz, le digestat, peut jouer un rôle de substitut aux engrais chimiques, en étant valorisé comme engrais naturel ou sous forme de compost.

Thème(s) associé(s)

Environnement/RSE

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format