Menu

Le groupe de transport Bernard est entré dans le périmètre du groupe Malherbe

L'Officiel des Transporteurs | Transporteurs | publié le : 02.10.2017 | Dernière Mise à jour : 02.10.2017

Noël Samson, directeur général du groupe Malherbe : "Nous campons sur des secteurs d’activité à haute technicité et forte valeur ajoutée".

Crédit photo D. Delion

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les Transports Bernard, Le Torc’h, Bouhallier et Rosko, qui forment le groupe Bernard (Finistère), viennent de passer sous le pavillon Malherbe. Le groupe de Noël et Alain Samson franchit la barre des 300 M€ de chiffre d’affaires.

Les frères Samson, à la barre du groupe normand Malherbe, sont depuis 3 ans tendus vers un objectif de 400 M€ de volume d’affaires en 2018. La spectaculaire acquisition "in bonis" du groupe Bernard leur offre un sérieux coup d’accélérateur.

Depuis près de 4 ans (et l’entrée du fonds d’investissement Siparex dans son capital), le groupe s’est engagé dans une politique effrénée de croissance externe. À la barre du tribunal ou sur le mode "in bonis", les Transports Simon, Griset, LTD Duval, BBC Transports, Codimas Logistique et Distribution, sans compter tout récemment Transagrial et TLC, sont tour à tour tombés dans son escarcelle.

Un objectif de 400 M€

Malherbe hérite d’un revenu supplémentaire de 58 M€ (en 2016). Il provient des quatre entités qui constituent le groupe dont le siège est implanté à Rosporden (29) : les Transports Bernard apportent 13 M€ de chiffre d’affaires et possèdent une flotte de 90 moteurs ; les Transports Le Torch (à Auray - 56) 26 M€ et 185 moteurs ; les Transports Bouhallier (à Changé – 53) 11 M€ et 85 moteurs ; et les Transports Rosko (à Saint-Pol-de-Léon – 29) 5,5 M€ et 40 moteurs.

Les Transports Bernard constituent le socle du groupe fondé en 1978 et dirigé par Eric Bernard, lequel accompagnera la transition pendant une durée de 18 mois. Les 3 autres sociétés ont été intégrées dans le périmètre du groupe breton au fil d’acquisitions "in bonis" ou à la barre du tribunal, entre 2000 et 2013.

Des secteurs d’activité à haute technicité

Par ce rachat XXL, Malherbe "amplifie son maillage territorial dans l’ouest de la France et renforce de façon très significative son positionnement en Bretagne, grande région de production agroalimentaire". Rosko, implanté à proximité du port de Roscoff, est spécialisé dans le transport frigorifique à destination du Royaume-Uni.

Le rayon d’action de Le Torc’h se situe entre le Sud-Ouest et le Sud-Est de la France, au Centre, en Rhône-Alpes et région parisienne. L’entreprise campe principalement sur les segments du frais et du surgelé (une expertise nouvelle pour Malherbe) mais elle est également présente dans le bâché, le camion remorque grand volume et la location de matériel avec chauffeur. Pour sa part, Bouhallier opère dans le bâché et la benne, vers la région parisienne, Rhône-Alpes et l’Italie.

"Avec le groupe Bernard, nous évoluons sur des secteurs d’activité à haute technicité et à forte valeur ajoutée ; cela s’inscrit dans le cadre de notre montée en gamme de services", indique Noël Samson, le directeur général du groupe Malherbe, qui s’offre ainsi 5 nouveaux centres de production, faisant passer à 33 le nombre de ses implantations ("industrielles") dans l’Hexagone.

500 collaborateurs

Les marques du groupe Bernard sont appelées à perdurer. Tout comme leur propre organisation, jugée "performante" par les dirigeants de Malherbe. Le groupe de Rosporden est présenté par Noël Samson comme une pépite, "saine financièrement, avec une excellente cotation banque de France C3+". Outre Eric Bernard, encore dans la place pour 18 mois donc, le directeur général du groupe, Thierry Guillo, poursuit l’aventure avec les dirigeants de Malherbe. Les 500 collaborateurs de l’ensemble des 4 sociétés également.

"Nous avons découvert des équipes très motivées, hautement impliquées, ainsi qu’une organisation très pointue et orientée vers ses clients et la gestion de ses flux. L’addition de nos forces et nos savoir-faire respectifs devraient aboutir à un résultat augmenté. Cette fois, 1 + 1 devrait être égal à 2,2 ou 2,5", n’hésite-t-on pas à dire du côté de chez Malherbe.

12 000 m2 de surface logistique

Le groupe Bernard apporte également dans l’escarcelle de Malherbe une surface logistique (stockage, préparation de commandes et picking) de 12 000 m2, dont un entrepôt climatisé de 6 500 m2. Éric Bernard se déclare "très content de cette opération qui me permet de transmettre mon entreprise à un groupe familial partageant nos mêmes valeurs (…). Par ailleurs, je suis soulagé de savoir que tous mes collaborateurs auront toutes leurs chances de pouvoir évoluer au sein d’une entreprise qui compte sur eux".

Une entreprise qui franchit donc un pas supplémentaire dans son intégration vers le haut du panier du CAC40 du TRM français. Le groupe Malherbe pèse à présent un volume d’affaires de 315 M€, se retrouve à la tête d’un effectif de 2 150 personnes et exploite une flotte de 1 400 moteurs. Il estime que le rachat du groupe Bernard lui permet de consolider son rang de "troisième acteur national du transport cargo".

Thème(s) associé(s)

Transporteurs

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format