Menu

Camion à hydrogène : Nikola appuie sur l’accélérateur

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 06.02.2018 | Dernière Mise à jour : 06.02.2018

Les deux modèles à pile à combustible, ne seront pas commercialisés avant 2021.

Crédit photo Nikola Motors

Le constructeur Nikola Motor va construire sa future usine de production pour ses camions à pile à combustible en Arizona. Le carnet de commandes atteindrait 8 000 exemplaires. Première livraison en 2021 avec une pré-série en 2019.

Mieux que Tesla. Nikola Motors, le constructeur américain de camions à moteur hydrogène, annonce avoir accumulé plus de 8 000 commandes pour ses deux futurs poids lourds. Un pari sur l’avenir puisque Nikola 1 et Nikola 2, les deux modèles à pile à combustible, ne seront pas commercialisés avant 2021. Le site de production venait d’être choisi : il sera établi à Buckeye, près de Phoenix en Arizona, pour un montant d’investissement d’un milliard de dollars. Le complexe de 200 hectares comptera 2 000 employés.

Un loueur quasi exclusif

Les camions pourront être achetés et plus probablement loués par l’intermédiaire quasi exclusif du leader de la location nord américaine Ryder, ce dernier gérant une flotte de 234 000 camions en Amérique du Nord. Ryder s’occupera également des aspects de maintenance, et ceci  aux USA, au Canada et au Mexique.

Le coût d’approvisionnement en hydrogène sera inclus dans le prix d’achat ou de la location (jusqu’à 1 million de miles), sachant que Nikola a prévu de couvrir le pays d’un réseau de 376 stations de ravitaillement.

Un plein en 15 minutes

L’utilisation d’un réservoir à hydrogène de 220 litres autorisera une autonomie de 800 à 1200 miles (1290 à 1930 km), pour un plein réalisé en 15 minutes et zéro émissions. La charge utile des deux modèles (à cabine courte et longue) est annoncée à près de 30 t. Les premiers véhicules en présérie sont attendus pour 2019 et seront intégrés en test auprès d’entreprise clientes.

Le constructeur est resté plus discret sur la façon dont-il comptait financer cette usine. Un tour de table, effectué l’an passé a permis de réunir 110 millions de dollars. En décembre dernier, l’équipementier Wabco a également versé 10 millions de dollars pour acquérir 1 % de Nikola, ce qui valorise l’entreprise à 1 milliard… sur le papier.

8 000 pré-commandes

Tout comme Tesla, Nikola risque de manquer de cash avant de voir son premier camion commercial rouler. Le constructeur devra séduire d’autres investisseurs, ou d’autres clients potentiels même si le chiffre de 8 000 pré-commandes (à 1 500 dollars) et ou contrats de location paraît déjà incroyable.

Outre Wabco, d’autres partenaires ont rejoint l’entreprise, comme le fabriquant de piles à combustible suédois PowerCell ou encore l’allemand Bosch. Ce dernier va développer conjointement le système de propulsion et apporter son nouvel essieu "eAxle", qui offre en un seul bloc compact un moteur électrique, l’électronique de puissance et la transmission.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format