Menu

Corse

Corsica Linea : la CGT Marins condamnée pour entrave à la libre circulation

WK-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 08.01.2016 | Dernière Mise à jour : 08.01.2016

Image

Le Stena Carrier tente depuis le 5 janvier de faire escale au port de Marseille.

Crédit photo © NBC

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

La CGT des Marins SNCM (devenue MCM) et son leader Fredéric Alpozzo, risquent 30 000 € par infraction constatée depuis le 8 janvier 16h00 pour entrave au commerce de Corsica Linea. Ainsi en a décidé le tribunal de grande instance de Marseille, saisi par la nouvelle compagnie.

La société Corsica Linea, par assignation du 7 janvier 2016, a fait citer la section CGT des Marins SNCM et Frédéric Alpozzo, demandant au juge des référés "de libérer sans délai l'accès au port de Marseille et de leur interdire d'entraver ou de porter atteinte au libre exercice par la société Corsica Linea de son activité de commerce maritime enter Bastia et Marseille".


"Faire respecter l'État de droit"

Le tribunal de grande instance de Marseille a rendu sa décision le 8 janvier : la CGT des Marins SNCM et son leader Fredéric Alpozzo risquent 30 000 € par infraction constatée depuis le 8 janvier 16h00 pour entrave au commerce de la nouvelle compagnie Corsica Linea, qui tente depuis le 5 janvier de faire escale dans le port de Marseille. 

Dans les minutes qui ont suivi la décision, le roulier Stena Carrier a tenté une nouvelle fois de s’approcher des quais. Mais les chaloupes déployées par les marins grévistes ont contraint le navire à rebrousser chemin. De nouvelles tentatives de franchir la passe nord pourraient intervenir durant le week-end, selon les déclarations que nous avons recueillies auprès de François Padrona, président de Corsica Linea. "Nous tenterons d’accoster en fonction de la disponibilité des services portuaires. Le tribunal a confirmé que nous étions dans notre droit, la CGT et Frédéric Alpozzo doivent se retirer. Nous demandons à ce que le préfet fasse respecter l’État de droit sur le port de Marseille", précise le dirigeant des hypermarchés E-Leclerc sur l’île.


Réunion de crise

Cette crise sans précédent qui frappe la desserte maritime en Corse menace le fragile équilibre retrouvé sur le port de Marseille et crispe un peu plus les tensions en Corse. "Nos entreprises ne survivront pas à une énième crise, alors même que le port de Marseille retrouve une dynamique positive. Notre avenir et notre développement ne peuvent s’appréhender de manière disjointe avec la problématique insulaire", a affirmé Johan Bencivenga, président de l’Union pour les Entreprises des Bouches-du-Rhône.

L’UPE 13 et la Ville de Marseille ont réclamé la tenue d’une réunion de crise réunissant l’ensemble des acteurs des deux rives. Celle-ci pourrait se tenir le samedi 9 janvier en Corse avec l’ensemble des parties prenantes au dossier sous l’égide de l’office des Transports de la Corse.

Corsica Linea refuse de s’asseoir à la table des négociations tant que la compagnie était privée de toute exploitation commerciale. "Nous ne discuterons avec personne tant que notre navire est bloqué", a avertit François Padrona.


Corsica Linea déboutée au tribunal administratif


Corsica Linea a également saisi le tribunal administratif de Marseille pour qu’une injonction soit délivrée au préfet Bouillon d’utiliser les forces de police afin de permettre au Stena Carrier d’accéder aux installations portuaires. Cette fois, la compagnie a été déboutée de sa demande.

"Le tribunal a décidé que le préfet disposait d’un pouvoir d’opportunité quant au déploiement des forces de l’ordre dans un contexte particulier. Compte tenu de la décision du TGI, il aura du mal à persévérer dans cette voie", a commenté Maître Moatti, avocat de Corsica Linea, qui entend interjeter appel de la décision.

 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format