Menu

Autoroute ferroviaire

L'Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes pousse le dossier autoroute ferroviaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 09.06.2016 | Dernière Mise à jour : 25.07.2017

Image

La grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ne veut plus rester à l'écart des grands dossiers d'infrastructures.

Crédit photo © OC

Auteur

  • Olivier Constant

La grande Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes et la région espagnole Euskadi entendent accompagner les Etats et l'Europe pour la mise en place de la future autoroute ferroviaire Atlantique. Il s'écoulera, cependant, plusieurs années avant que ce projet ne se concrétise.

La grande Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes ne veut plus rester à l'écart des grands dossiers d'infrastructures à vocation fret et elle entend le faire savoir.

C'est la raison pour laquelle elle a réaffirmé, au sein de l'Eurorégion Aquitaine-Euskadi le 1er juin 2016 à Vitoria-Gasteiz, sa volonté de voir aboutir le projet de création de l'autoroute ferroviaire Atlantique le plus rapidement possible.

Si l'autoroute ferroviaire Calais-Tarnos (Landes) n'est plus à l'ordre du jour, tel n'est pas le cas de l'autoroute ferroviaire Atlantique dans sa nouvelle version reliant Calais à Vitoria (Espagne).


Vitoria, pivot de la future autoroute ferroviaire

C'est dans ce nœud ferroviaire permettant des connexions au Sud et au Nord de l'Espagne (vers la France) ainsi que vers Saragosse que sera implantée la nouvelle plateforme multimodalede Vitoria (route/fer).

Développée sur une surface de 47 hectares, elle sera équipée de quatre voies d'une longueur supérieure à 1000 m et de deux quais. Le montant des investissements à réaliser serait de l'ordre d'une quarantaine de millions d'euros.

Une mise en service pour 2022-2023

Pour l'heure, la mairie de Vitoria est en train de procéder à l'acquisition du foncier. La date d'ouverture de cette plateforme n'est, à l'heure actuelle, pas encore définie.

Mais des travaux réalisés par les espagnols sur les lignes menant à ce site permettent d'envisager une mise en service au plus tôt à l'horizon 2022-2023. Il faudra, néanmoins, attendre au moins deux années de plus pour que la nouvelle autoroute ferroviaire fonctionne à plein régime.


Accompagner la mise au gabarit haut

Le volontarisme espagnol aura son pendant côté français. Des travaux sont, en effet, prévus hors contrat de plan Etat-Région (CPER 2015-2020) pour supprimer des passages à niveau et améliorer la signalisation des sections de lignes sur lesquelles doivent circuler les convois de l'autoroute ferroviaire.

Ils pourraient s'élever à plusieurs dizaines millions d'euros. Cet engagement financier constituerait l'apport de la grande Région étant entendu que la future autoroute ferroviaire Atlantique aura plus vocation à être directement financée par les Etats concernés et par l'Europe.

La grande Région devra, néanmoins, voir dans quelle mesure elle peut accompagner la mise au gabarit haut éventuel de l'axe principal de l'autoroute ferroviaire.

Elle se félicite, toutefois, dès maintenant de l'attribution de 8 M€ par l'AFIFT (Agence de Financement des Infrastructures de Transports de France) pour le financement d'une étude relative à cette mise au gabarit haut.


Dimension environnementale

Comme souvent dans les dossiers ferroviaires, les échéances restent, cependant, lointaines et ce alors même que la croissance du trafic des camions est à deux chiffres.

Pour Renaud Lagrave, vice-président Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, chargé des Infrastructures, des Transports et des Mobilités, "notre espoir est d'arrêter la courbe d'augmentation incessante des camions sur notre territoire. Les 9 000 poids-lourds quotidiens qui circulent sur cet axe en font l'endroit le plus pollué du territoire".

"Nous poussons donc ce dossier afin que la part ferroviaire qui n'est plus que de 4 % sur ce corridor remonte à l'avenir dans une fourchette comprise entre 10 et 20 %. Déjà, certains opérateurs se déclarent prêts à recourir au mode ferroviaire moyennant la réalisation de quelques travaux d'aménagement", poursuit-il.

Avant de conclure en indiquant que "l'axe rhôdanien a été largement servi pour toutes les infrastructures ferroviaires. C'est désormais le tour de l'Atlantique".

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format