Menu

Profil

Laurent Nicastro, directeur général adjoint opérations, ID Logistics

Formation | Master 2 MLISC université de Lille | publié le : 01.04.2018 | Dernière Mise à jour : 10.04.2018

Image

Laurent Nicastro, directeur général adjoint opérations, ID Logistics

Crédit photo Muriel Jaouën

« La forme de l’enseignement est au moins aussi importante que le fond »

« La vision globale du métier défendue au cours de la formation m’a été utile tout au long de mon parcours professionnel. » En un peu plus de 20 ans de carrière, Laurent Nicastro a en effet eu l’occasion d’aborder la supply chain dans toute son amplitude.

Au sortir de sa formation en 1996, il est recruté par son responsable de stage chez France Distribution System (FDS), absorbé depuis par Hays Logistics, où il se frotte aux ressorts du métier côté prestation de services. Il rejoint ensuite Castorama France, au poste de directeur supply chain logistique. Son job : concevoir, mettre en place et animer l’organisation logistique optimale (en B to B et B to C), arbitrer des choix entre le niveau de service et les coûts associés, mais aussi servir de courroie de transmission de la direction générale en matière de réflexion supply chain et appliquer les orientations stratégiques.

À la tête d’une centaine de collaborateurs

Chez Castorama, Laurent Nicastro manage une centaine de collaborateurs en poste dans des entrepôts et plateformes (soit 200 000 m2 au total), dans les fonctions transport amont et aval, au sein des départements administration des ventes, e-commerce, livraison directe à domicile. Il y a un an, retour à la case prestation de service, cette fois-ci chez ID Logistics, comme directeur général adjoint opération à Cavaillon. « Ma mission est triple : définir et échafauder le modèle opérationnel du groupe, accompagner les directions nationales dans la mise en œuvre de leur plan d’action, participer en tant que membre du comex à la construction stratégique de l’entreprise », explique-t-il. Un champ de responsabilité qui lui vaut de passer autant de temps dans les aéroports et les capitales européennes qu’en Vaucluse.

Importance des soft kills

À lumière des quelque 13 ans de recul managérial qu’il a pu prendre depuis sa sortie du master, il insiste aujourd’hui sur l’importance de l’attention portée aux soft skills. « La forme de l’enseignement que j’ai reçu m’apparaît au moins aussi importante que le fond, car elle est l’essence même du travail en entreprise : apprendre à travailler avec l’autre, accepter son regard, ses différences, tout en menant à bien un projet commun, se motiver, convaincre, tenir les délais, partager les échecs et fêter les succès, etc. »

Retour au sommaire

Auteur

  • Muriel Jaouën

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format