Menu

Le big data peut-il révolutionner les prévisions ?

Tendance | Prévisions/Planification | publié le : 01.03.2018 | Dernière Mise à jour : 09.03.2018

Image

Le big data peut-il révolutionner les prévisions ?

Crédit photo Julia Fustier

Le concept du big data est martelé avec tant de conviction par un si grand nombre d’experts, que l’on finirait par croire que la réalité du terrain a déjà dépassé les ambitions les plus folles. Est-ce vraiment le cas, et de quelle façon peut-il être utile pour mieux prévoir ?

Le big data, ou autrement dit l’analyse d’un très grand volume de données, fait beaucoup parler de lui. « Le big data permet d’affiner les prévisions par l’analyse et le croisement d’informations complémentaires (réseaux sociaux, sorties caisses, etc.). C’est une technologie d’avenir dans ce domaine, mais chaque chose en son temps. Le prérequis est d’avoir déjà mis en place un processus de prévisions robuste », recommande Pierre Fournet, président fondateur de Leon. Internet constitue en effet une mine d’or pour affiner ses prévisions.

Jean-Patrice Netter, associé de Diagma, estime cependant que « le big data est particulièrement intéressant pour les prévisions des prochains jours, car autant nous sommes submergés d’informations à propos de ce qui va se passer à court terme, autant cela est moins vrai à un horizon de plusieurs mois ».

Des données non structurées aux prévisions

En outre, la collecte puis le traitement des données ne sont pas une mince affaire. « Ces quantités d’informations, susceptibles d’impacter les ventes, sont des données non structurées (images, vidéos, commentaires sur des blogs, clics sur des fiches produits, etc.). Il faut être capable de les capturer, les structurer, puis de les interpréter et les intégrer aux systèmes de prévision », explique Tuyen Phan, associé de Metis Consulting. Et d’ajouter : « Il existe aujourd’hui des start-up qui proposent ces prestations. Certaines se focalisent sur la capture d’images, d’autres sur la capture de commentaires, etc. Toute la difficulté réside ensuite dans la capacité à établir une corrélation entre ces données exogènes et les ventes. Il n’existe pas à ce jour d’algorithmes capables de le faire automatiquement ».

Les premiers cas concrets

Les secteurs du textile, du luxe et des cosmétiques travaillent activement sur ce sujet. Alors qu’auparavant les campagnes de pub (et leurs impacts sur les ventes) étaient maîtrisées par les entreprises, aujourd’hui, un commentaire posté par une blogueuse (événement totalement imprévisible) peut générer une explosion des ventes d’un produit cosmétique dès le lendemain. Les entreprises ont donc plus que jamais besoin de capter cette information dès sa diffusion sur la toile.

L’Oréal est particulièrement proactif en matière de veille sociale (social listening), d’une part pour suivre en temps réel les perceptions consommateur (insights consommateurs), et d’autre part pour anticiper les tendances cosmétiques. Cette veille sur les réseaux sociaux lui aurait permis, il y a quelques mois, de rectifier très rapidement ses prévisions initiales pour un nouveau produit qui fut un véritable succès, et de bénéficier ainsi de la souplesse nécessaire pour revoir son programme de production.

Des enseignes de PGC (produits de grande consommation) étudient aussi les nombres de clics sur les fiches produits pour tenter d’en déduire des potentiels d’achat. Certaines d’entre elles établissent par exemple des corrélations entre ce paramètre et les codes postaux pour ajuster en conséquence les niveaux de stocks régionaux. « Nous sommes actuellement plus dans des démarches de R & D que d’industrialisation », nuance néanmoins Tuyen Phan.

Retour au sommaire

Auteur

  • Julia Fustier

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format