Menu

Embellie sur le marché de l’emploi cadre en supply chain

L’essentiel | Zoom | publié le : 01.03.2018 | Dernière Mise à jour : 09.03.2018

Image

Embellie sur le marché de l’emploi cadre en supply chain

Crédit photo Christine Calais

Avec le retour de la croissance, la loi de l’offre et de la demande joue en faveur des candidats. Deux récentes études de cabinets de recrutement spécialisés montrent que de belles opportunités s’offrent aux cadres et aux agents de maîtrise qui possèdent des compétences polyvalentes et veulent évoluer dans leur carrière.

C’est un fait, la supply chain devient un département stratégique de plus en plus mature dans les entreprises, qui entraîne la spécialisation des postes et favorise la création d’emplois. La bonne santé de ces métiers est également liée à la conjoncture économique. Et ça tombe bien, dix ans après la crise de 2008, la voici – enfin – sous de bons auspices. Aujourd’hui, le marché de l’emploi est en faveur des candidats cadres et des agents de maîtrise. Sur un marché en tension, les entreprises mettent davantage de moyens pour capter les talents. Sans surprise, ce sont les profils à la fois techniques et opérationnels et ceux faisant preuve de polyvalence qui restent les plus prisés.

Nicolas Bourgeois, manager Paris et région parisienne du cabinet de recrutement spécialisé Fed Supply, explique : « Après les élections présidentielles, qui avaient ralenti le marché, les demandes se sont accélérées au deuxième semestre 2017, et 2018 démarre fort. Il y a de nombreuses opportunités, mais encore beaucoup de candidats, donc très peu de pression à la hausse sur les salaires. Les besoins sont forts dans tous les métiers de la supply chain, de la start-up dans l’e-commerce à la grande entreprise en passant par la PME. Aussi, les candidats peuvent-ils être appelés plusieurs fois par semaine. Avec une telle impression de choix, ils ont tendance à aller au plus offrant, et nous avons plus de mal à pourvoir les entreprises dont les rémunérations sont inférieures au marché ».

« Planif’ », « prév’ » et « appro » sont très recherchés

Il semble que la supply chain soit enfin reconnue à sa juste valeur par l’ensemble des entreprises. Les métiers les plus recherchés ne se limitent plus, loin de là, à l’exploitation ou l’organisation du transport. La gestion des approvisionnements est en pleine croissance et devrait poursuivre son évolution. Les spécialistes du demand planning et de la planification de production sont également très prisés, tout comme les gestionnaires supply chain.

Quant à l’administration des ventes, les besoins sont permanents. Les nouveaux projets liés à la croissance de l’activité, à la restructuration des entreprises et à la réorganisation des services repartent à la hausse et accroissent les embauches. Et tout le monde en profiterait, des jeunes diplômés aux seniors de plus de 50 ans.

Les secteurs les plus demandeurs de talents sont l’industrie du luxe, de la cosmétique, de la pharmacie et du prêt-à-porter. À savoir que la distribution spécialisée et la grande distribution recherchent actuellement des pilotes de flux et des chefs de projet partout en France. À noter également la très forte pénurie de candidats sur le marché transport, à la fois sur la route et sur l’overseas.

Rémunérations en légère hausse

Le cabinet de recrutement Hays, dans son étude parue à la mi-janvier sur la rémunération nationale 2018 réalisée auprès de 4 000 candidats et entreprises clients, observe une légère hausse des rémunérations liée à la pénurie des compétences pour certaines fonctions achats et supply chain.

Mickaël Ledru, manager senior supply chain, achats, logistique et transport du cabinet de recrutement Hays, analyse l’évolution des salaires d’une année sur l’autre : « Jusqu’il y a un an, il y avait trop de candidats cadres et agents de maîtrise, mais ce n’est plus le cas depuis l’année dernière. Les candidats ayant le choix, les entreprises les attirent avec des CDI, en particulier chez les cadres, peu recrutés en CDD ou intérim. Si le marché des achats est devenu calme, car déjà pourvu les années précédentes, celui de la supply chain et de la logistique s’agite ».

« Au niveau middle management, l’industrie paie globalement mieux que la distribution, elle-même plus généreuse que la prestation logistique, sans toutefois qu’il n’y ait de différences majeures. La tendance est différente pour les postes de cadre supérieur, car les fonctions d’encadrement sont cruciales pour les logisticiens : il s’agit de manager les sites [voir encadré ci-dessous], les régions, de gérer la rentabilité des dossiers clients. La tension sur les postes de directeur de plateforme fait actuellement grimper les salaires. Plus globalement, les prestataires ont des besoins à tout niveau de poste de management, ainsi que dans leurs services commerciaux. Tous secteurs confondus, pour embaucher un demand planner, il faut mettre 2 à 4 K€ bruts de plus que l’année précédente, du fait de la prise de conscience de l’importance de l’efficacité dans cette fonction. Dans l’industrie, les postes approvisionnement peuvent gagner 3 K€. Toutefois, certaines entreprises parmi nos clients restent, dix ans après la crise de 2008, frileuses en termes de rémunération. »

Cela dit, le salaire ne suffit plus à attirer les meilleurs profils. La capacité d’un employeur à proposer un plan de carrière solide est évidemment aussi un critère déterminant. Les professionnels sont bien conscients que faire évoluer leur carrière, c’est aussi savoir saisir les opportunités. Et elles sont nombreuses cette année. Les sauts en salaire notamment se font essentiellement en changeant d’entreprise. Après des années de vaches maigres, les actifs français en général le savent : selon Hays, 55 % aspirent à changer d’emploi en 2018, mettant en avant l’obtention d’une rémunération plus attractive (61 %), devant l’intérêt du poste (55 %) et les perspectives d’évolution (47 %).

Les entreprises embauchent surtout en CDI pour remplacer

Fed Supply, cabinet de recrutement spécialisé dans la logistique, les achats, l’import-export, la relation client et l’administration des ventes (ADV) a publié fin janvier son baromètre annuel des motifs d’embauche pour l’année 2017. Il s’appuie sur les missions confiées aux 9 bureaux Fed Supply à Paris et en région, qui ont pourvu l’année dernière près de 1 000 postes en CDI, CDD et intérim en France.

Près d’un recrutement sur deux a concerné un CDI en 2017. L’intérim a progressé de 2,5 points, tandis que les CDD ont reculé de 4 points.

Comme les deux années précédentes, les entreprises ont d’abord recruté dans le but de remplacer un collaborateur (57 % des cas), et pour ces besoins de remplacement, elles ont privilégié le CDI (30 %) avant l’intérim (près de 18 %). Le deuxième motif d’embauche des entreprises est la croissance de l’activité : 24 % des cas en 2017 (23 % en 2016), selon le baromètre Fed Supply. Vient ensuite la création de poste, dont 20 % ont été créés en CDI en 2017.

Ces tendances restent proches de celles constatées en 2016 et 2015.

Wanted : directeur de plateforme

Considéré comme un élément clé dans l’organisation, le poste de directeur de site connaît une véritable pénurie de compétences. Il s’adresse à des profils orientés logistique, avec une formation bac à bac + 5 en commerce ou en ingénierie.

Un directeur de site gère la plateforme logistique dont il a la charge, tant sur le plan budgétaire que sur le plan de son exploitation. Il doit en contrôler les coûts, voire accroître la rentabilité du site lorsque la plateforme est considérée comme un centre de profit. Il peut être responsable d’une ou plusieurs équipes. Sa capacité à gérer la productivité de ses employés, le turnover et l’absentéisme est également cruciale.

Retour au sommaire

Auteur

  • Christine Calais

Supply Chain Magazine I L’essentiel

+ 10 %

Image
Supply Chain Magazine I L’essentiel

JD.com prépare son débarquement

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format