Menu

Trafman mise sur plus de transparence pour une meilleure organisation des livraisons

Enquête | BTP | publié le : 01.03.2018 | Dernière Mise à jour : 09.03.2018

Image

Trafman mise sur plus de transparence pour une meilleure organisation des livraisons

Crédit photo MR

« Vu la très forte division des taches dans le BTP, un chantier voit intervenir de multiples métiers et sous-traitants en même temps, alors que c’est un environnement plein de contraintes opérationnelles faute de place et compte tenu des goulets d’étranglement en matière d’accès, par exemple pour accéder aux étages. Le risque, c’est de voir le planning et les coûts dériver, alors que les délais et les marges sont de plus en plus serrés dans le secteur », résume Blandine de Mascureau, fondatrice de la start-up Trafman.

Constatant que des problèmes de livraison de matériaux étaient souvent mis en avant par les différentes parties pour expliquer d’éventuels retards, elle a entrepris en 2015 de développer un outil assurant plus de transparence sur leur gestion et permettant de mieux les organiser. Le tout via une plateforme collaborative accessible via tout type de terminal, potentiellement alimentée en données par tous les intervenants sur site : du poseur d’isolation en attente d’un lot pour poursuivre son travail, au fournisseur à qui il a passé commande ou au conducteur du camion le jour J. « Nombre d’acteurs du BTP en étaient encore au tableau Excel, voire au tableau Velleda dans la baraque de chantier, alors que la gestion digitale du planning de livraison est de longue date en vigueur dans la grande distribution ou dans l’industrie », poursuit-elle. Certes, le nombre de camions à la journée est ici largement moindre, mais les opérations de chargement/déchargement peuvent être plus complexes, avec l’obligation d’utiliser des moyens spécifiques. »

Or, pour mobiliser une grue, encore faut-il arriver dans le créneau où elle est disponible. Ce type d’outil qui participe à la digitalisation de la logistique de chantier, Logisur en a également développé un pour ses besoins propres sous le nom de LSoft, de même qu’Idéa dans le cadre d’un POC mené en 2017. En revanche, KS Services emploie la solution Saraloc, la même que Vinci. Quant au groupe Bouygues, il avait fait figure de pionnier en la matière, mais depuis le digital est passé par là, avec une ergonomie sans pareil. Du côté de Trafman, Blandine de Mascureau se félicite de constater, depuis l’an dernier, que le recours à une solution de ce type figure dans certains appels d’offres de prestation logistique.

Retour au sommaire

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format