Menu

Véhicule industriel

Un marché bridé en 2018 ?

Produits | publié le : 12.01.2018 | Dernière Mise à jour : 12.01.2018

La croissance du marché du véhicule industriel en 2017 est-elle durable ? Malgré un environnement économique favorable et des clients confiants, le manque de conducteurs et l’allongement des délais de livraison pourraient freiner son développement cette année.

Avec 50 434 immatriculations en hausse de 7 %, le marché français des véhicules industriels neufs de plus de 5 tonnes se rapproche des volumes de la première moitié des années 2000. « Au bout de 10 ans, la sortie de crise se confirme » selon Jean-Michel Mercier. Pour le directeur de l’Observatoire du véhicule industriel, la bonne nouvelle 2017 provient de « la reprise du BTP soutenue par le lancement d’importants projets tels que le Grand Paris, les plans fibre des opérateurs de télécom ou autoroutier ». Les besoins du secteur et du compte propre en général alimentent la croissance de 12 % des porteurs (22 781). Lesquels disposeraient encore d’une marge de progression selon l’OVI. Composé pour moitié de motorisations Euro III et moins, le parc de porteurs en circulation en France vieillit en effet. « Son âge moyen est supérieur à 11 ans ».

Petite forme des tracteurs

Après 4 années de fort renouvellement, le parc des tracteurs est beaucoup plus jeune. « Il est de l’ordre de 6 ans. Ce parc est composé à 89 % d’Euro V et VI ». Sous l’effet de l’augmentation des volumes dans le transport pour compte d’autrui et la meilleure santé financière de ses entreprises, les immatriculations de tracteurs ne se développent que de 2,5 % (27 653) en 2017.

En hausse de 8,5 % avec 24 700 unités mises sur la route, les semi-remorques sont peu impactées par ce ralentissement. Avec celles des porteurs et des VUL (+ 7,7 %), leur progression alimente d’ailleurs tous les segments de la carrosserie industrielle où la filière frigorifique se distingue par son dynamisme.

Voyants au vert, mais…

Représentant 1,3 % des immatriculations recensées en 2017, 700 nouveaux poids lourds fonctionnant au gaz naturel sont entrés en flotte l’an passé portant le parc GNV en circulation en France à 1 400 unités. « Depuis 3 ans, le nombre d’immatriculations GNV double chaque année ».

Malgré ces bons indicateurs, des prévisions économiques et indices de confiance favorables, l’OVI demeure prudent pour 2018. En volume, il table sur un marché de l’ordre de 49 700 immatriculations en repli de 1 % : 23 700 porteurs (+ 4 %), 26 000 tracteurs (– 6 %). Trois freins sont susceptibles de stabiliser le marché autour de la barre des 50 000 : la pénurie de conducteurs routiers, l’allongement des délais de livraison, des véhicules carrossés en particulier, et les difficultés du marché des tracteurs d’occasion où les prix baissent et les temps de revente augmentent.

Retour au sommaire

Auteur

  • Erick Demangeon

L'Officiel des Transporteurs I Produits

100 recrutements pour accompagner le développement

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format